11 février 2021

Wébinaire Thierry Poinsot

Dr Thierry Poinsot a obtenu sa thèse de doctorat en transfert de chaleur à l'Ecole Centrale Paris en 1983 et sa thèse d'Etat en combustion en 1987. Après sa thèse à l'Ecole Centrale Paris et un post-doctorat de deux ans à Stanford, il a débuté ses activité de recherche sur la combustion au CERFACS en 1992. Il est directeur de recherche au CNRS, responsable du groupe CFD au CERFACS, et son groupe (80 personnes en 2020) a produit une part importante des recherches récentes dans le domaine de la LES en combustion turbulente dans les turbines à gaz. Il enseigne les méthodes numériques et la combustion dans de nombreuses écoles et universités (Ecole Centrale Paris, ENSEEIHT, ENSICA, Supaero, UPS, Stanford, Von Karmann Institute, Kanpur, CEFRC Princeton et Pékin). Il est l'auteur de l'ouvrage "Combustion théorique et numérique" avec le Dr D. Veynante et le rédacteur en chef de "Combustion et Flamme" avec le Pr F. Egolfopoulos. Il a reçu le premier prix Cray en 1993, le prix BMW en 2002, le Grand Prix de l'Académie de France en 2003, le prix Aéronautique de la 3AF (Association d'aéronautique et d'astronautique de France) en 2014, une première "ERC advanced grant" subvention en 2013 sur la thermoacoustique et une seconde en 2019 sur la combustion de l'hydrogène pour le stockage d'énergie. En 2017, il a reçu la médaille d'or Zeldovich de l'Institut de la combustion, et depuis 2019 il est membre de l'Académie Française des Sciences. Il a également donné la prestigieuse conférence plénière Hottel lors du dernier Symposium sur la Combustion à Séoul (2016).
Utiliser la combustion de l'hydrogène pour le stockage des énergies renouvelables

Abstract: Stocker les énergies renouvelables est indispensable pour pouvoir augmenter leur contribution dans le mix énergétique. Ce stockage peut être effectué en créant de l’hydrogène (à partir de l’électrolyse de l’eau et d’électricité renouvelable par exemple) et en le stockant jusqu’au moment où les besoins en énergie montent et où cet hydrogène peut être utilisé pour fournir chaleur ou travail. Il existe de nombreuses façons de convertir l’hydrogène en énergie : il peut être utilisé dans une pile à combustible, brûlé dans un système utilisant la combustion (en produisant de l’eau et sans émettre de CO2), converti en méthane ou en ammoniaque pour être stocké et brûlé plus tard… Cette présentation se focalise sur l’utilisation de l’hydrogène en combustion où les extraordinaires propriétés de H2 permettent de contrôler et d’optimiser les chambres de combustion actuelles en injectant de l’hydrogène à des endroits bien choisis. Les applications possibles de ces méthodes vont des chauffages individuels (pour y bruler de l’hydrogène) aux chambres de combustion aéronautiques et industrielles (pour allumer ou stabiliser un moteur de turbine à gaz).

11 février 2021, 16h3017h30
Wébinaire (contacter F. Romano pour obtenir le lien)

Prochains évènements

Voir l'agenda
08 décembre 2022

Webinaire Fabian Denner

Fabian Denner a obtenu son doctorat à l'Imperial College de Londres en 2013 sur les méthodes numériques pour les écoulements multiphasiques avec tension de surface, suivi d'un post-doc à l'Imperial College. En 2015, Fabian a obtenu une bourse prestigieuse

Fabian Denner a obtenu son doctorat à l'Imperial College de Londres en 2013 sur les méthodes numériques pour les écoulements multiphasiques avec tension de surface, suivi d'un post-doc à l'Imperial College. En 2015, Fabian a obtenu une bourse prestigieuse du Conseil de recherche en ingénierie et en sciences physiques (EPSRC) du Royaume-Uni, avec laquelle il a poursuivi ses travaux fructueux sur les écoulements avec tension de surface et a étendu ses recherches à de nouveaux domaines, tels que les écoulements compressibles et chargés de tensioactifs. Depuis 2018, Fabian est professeur junior de modélisation des écoulements multiphasiques à l'Otto-von-Guericke-Université de Magdebourg (Allemagne). Ses recherches tournent autour du développement de méthodes numériques et d'outils logiciels pour prédire les écoulements multiphasiques, et de l'application de ces méthodes pour répondre aux questions liées à la physique et aux applications de ces écoulements. Actuellement, les travaux de Fabian se concentrent sur les écoulements interfaciaux avec des surfactants, les écoulements viscoélastiques, les écoulements multiphasiques dans les applications biomédicales, ainsi que sur la cavitation et l'acoustique.